Conférences Musicales parJoëlle Strauss

                                                                                   (Narration-Violon-Chant-Piano)

 

Violoniste, pianiste et chanteuse professionnelle, de formation classique et diplômée de conservatoire supérieur, Joëlle Strauss est également passionnée par l’histoire. Parallèlement à son activité de concertiste, elle développe un style de conférences tout à fait inédit, alliant histoire et musique. Les différentes étapes de ces conférences musicales, ayant chacune pour thème un style de musique issue de l’immigration et du brassage de cultures, sont racontées et illustrées par de la musique live interprétée par elle-même."

 

1) « Le Tango, Joyau de l’immigration »

 

« Une rythmique afro, des musiciens italiens jouant sur des instruments allemands, des mélodies d'Europe de l’Est avec des paroles venant des zarzuelas espagnoles. »

A quelques détails près, voici un bon début pour aborder l’histoire du tango….

Le Tango naît dans les quartiers pauvres des rives du rio de la Plata, autour des années 1880. Il est le fruit du bouillon de cultures qu’abritait cette région d’Amérique du Sud, peuplée d’immigrants italiens, espagnols, français, juifs et afro-argentins.

Le tango, c’est le Rio de la Plata, Buenos-Aires, Montevideo, mais aussi Paris, Varsovie. C’est Carlos Gardel, mais aussi Astor Piazzolla. C’est les maisons closes, mais aussi les conventillos. C’est le lunfardo, argot utilisé par les voleurs, les gens peu fréquentables qui souhaitaient communiquer entre eux sans être compris de la police et du reste de la population. C’est le violon et le bandonéon, instruments qui expriment la mélancolie, celle des immigrés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2) « De la musique tsigane au Flamenco, âme de l'Andalousie »

 

« Le Flamenco ne s’apprend pas dans une académie. Il se chante avec des fautes d’orthographes » (citation de Rancapino) 

Art instinctif, à fleur de peau, décrire le Flamenco avec des mots n’est pas chose aisée. C’est pourquoi les plus grand Cantaores disent : «  Le cante ne se comprend pas, il se vit, c’est tout »

Chant vrai, sans artifice, le Flamenco prend directement racine dans les profondeur de l’âme et produit des effets tout à fait inattendus sur celui qui prend le temps de s’asseoir, et d’écouter…

Celui qui prendra le temps de vivre ressentira assurément le « Pellizco », ce pincement intime et profond que l’on ressent lorsqu’on se laisse emporter par le chant déchirant du cantaor, du chanteur flamenco, ou de la cantaora, de la chanteuse.

Mais commençons par le Genèse. L’Andalousie. Au 18ieme siècle. Dans ses rues, la pauvreté, la misère. Et ce chant profond qui vous retourne le ventre. El Cante Jondo. 

D’où vient-il ? Pour le découvrir nous parcourrons toute l’histoire du peuple tsigane, de l’Inde jusqu’en Europe centrale, pour terminer ce beau voyage en Andalousie avec le peuple Gitan.

Et comme le dit un proverbe Gitan : « Ce n’est pas la destination, mais la route qui compte. » 

 

3) « L’Essence du Jazz »

« Que reste-t-il à un homme privé de sa liberté ? Il lui reste sa liberté de chanter »

Work-song, negro spiritual, blues, cakewalk, ragtime… La Nouvelle Orléans, Storyville et ses lupanars, Chicago et la prohibition, New-York et ses big bands… 

Des champs de coton du sud des États-Unis où les esclaves travaillaient jusqu’à l’épuisement, aux grandes villes industrialisées du Nord, tous les aspects de la naissance et du développement du jazz seront abordés. 

Devenu un langage international, le jazz est la plus belle affirmation de liberté et de dissidence du XXe siècle siècle.

 

4) « Découvrir un peuple et son histoire à travers sa musique »

A travers l’histoire d’une célèbre chanteuse d’Opéra du début du 20ième siècle, vous découvrirez toute l’histoire de la musique juive ashkénaze, d’Europe de l’Est jusqu’à New-York et Buenos-Aires, en passant par Paris…

La musique juive ashkénaze est unique par sa mixité. Elle invite l’auditeur à un véritable tour du monde : d'Europe de l’est, avec ses accents tsiganes, jusqu'à New-York avec le jazz, le music-hall, sans oublier Buenos-Aires et le Tango, et bien sûr, Paris, le quartier de la république, et la Samba !

 

5) « Bienvenue à New York sur la « Second Avenue »

 

Appelée aussi « Yiddish Rialto », les années 30 y ont vu naître et débuter certaines des plus grandes stars du jazz et de la comédie musicale de l’époque, comme Georges Gershwin… Un véritable Hollywood !

L'histoire de la seconde avenue à New-York city, dans le Lower east side, c’est l’histoire d'une avenue remplie de Music-Hall. Dans cette avenue, régnait une atmosphère trépidante dès le petit matin. Nous sommes début du 20ième siècle...

En partant d'une citation du philosophe Platon  : « Pour apprendre à connaitre un peuple, il faut d'abord écouter sa musique… », vous découvrirez toute l'histoire passionnante de cette avenue...

Son histoire commence à l'est, dans un petit village. Un violoniste est perché sur un toit. Il tente de jouer un air virtuose, tout en maintenant constamment son équilibre….